Quoi de neuf?

 
Textes sur la photographieQuoi_de_neuf_Textes.htmlshapeimage_3_link_0
CollectionneursQuoi_de_neuf_Collectionneurs.htmlshapeimage_4_link_0
Collections du 
Monde en ImagesQuoi_de_neuf_MEI.htmlQuoi_de_neuf_MEI.htmlshapeimage_5_link_0shapeimage_5_link_1


Soledad au Hasard


Rencontre entre Buenos Aires et Montréal - deux villes que je connais et fréquente depuis plus de dix ans pour l’une et depuis toujours pour l’autre; rencontre entre deux créatrices, l’une photographe, l’autre conteuse; aventure commune avec des gens que j’aime et avec qui je travaille au théâtre depuis 2009.


Ce n’est donc pas fortuit si mon travail photo est devenu un «personnage» dans cette oeuvre au même titre que la musique de Michel Smith.





Un avant-goût de la production
http://www.youtube.com/watch?v=HA2AqB3BKqAshapeimage_6_link_0


À voir... où... et quand





Entrevue 
du photographe avec la journaliste Magdalena Arnoux à la radio argentine au sujet des photos de Soledad au hasard.http://rae.radionacional.com.ar/2013/04/26/visite-du-photographe-francois-regis-fournier/shapeimage_7_link_0



24-29 septembre à Québec


Au théâtre Premier Acte de Québec du mardi 24 au samedi 28 septembre.


7-25 octobre à Montréal


Au théâtre La Licorne de Montréal du lundi 7 au vendredi 25 octobre.







La photographie dans Soledad au hasard



Histoire de cette affiche


La photographie est ici un approfondissement du réel, une provocation de l’imaginaire dont la photo de l’affiche que l’on voit plus haut est exemplaire: en arrière-plan, la photo d’une ruelle de Buenos Aires la nuit, prise intentionnellement pour la pièce.


Cette photo en noir et blanc est projetée sur une partie du décor. Les deux personnages s’incarnent dans ce paysage intangible pour que deux époques s’entrechoquent, pour que le passé alimente le présent et que le présent guérissent le passé.


Cette photo est une photo à part entière. Il n’y a pas de manipulation de l’image. Oui, c’est un «arrangement» comme peut l’être une nature morte, par exemple.


Bien sûr, la photo projetée a été choisie pour son atmosphère, pour ce qu’elle montre de Buenos Aires - on y est: ses trottoirs typiques, ses pavés, ses façades imposantes, richement et classiquement travaillées, même dans une ruelle toute courte qui donne sur un parc.


On n’a pas «truqué» la photo avec un logiciel, ni par un collage. La photo de fond est là comme n’importe quel arrière-plan de n’importe quelle photo - la seule transformation est le passage au noir et blanc. Cette mise en contexte dit cette vérité: «je suis une vraie photo» qui permet au spectateur de situer les personnages présents, dans un espace «nommé», dans un moment passé qui a existé puisqu’on en a le témoignage lumineux.


Les actrices incarnent des personnages qui nous racontent leur histoire, en mots et ici en «pose». Elles sont sur scène devant une image. La combinaison de ces deux mondes, l’un évoqué, l’autre dit et joué en crée un troisième que chacun d’entre nous invente.


Pourquoi la photo?


L’ensemble des photos et les quelques vidéos que l’on voit dans cette production est le résultat d’une écriture dramaturgique. Les photos et les vidéos sont le vocabulaire - il y a eu des milliers de photos prises spécifiquement pour cette pièce tant à Montréal spécialement en hiver et particulièrement durant des tempêtes, qu’à Buenos Aires en été. Nous tenions à pousser l’évocation de la vérité à son paroxysme. Le choix, la décoloration ou le passage au noir et blanc, l’assemblage du matériel, son montage, sa projection sur trois écrans à des moments précis sont une des trames de l’action au même titre que la musique.


Le tout est un travail de précision, chirurgical, en synergie avec le texte qui a inspiré chaque cliché, avec le jeu des actrices, le décor, la mise en scène, les costumes, les accessoires, l’éclairage - éclairer et laisser voir les projections... un défi - avec la musique. Une grande aventure commune qui saura toucher le public.





Fleuve, raconte-moi, chante-moi, rends-moi la vie - 3 sites Web



Maintenant disponible, la version anglaise de Fleuve, raconte-moi, chante-moi, rends-moi la vie, Oh River, talk to me, sing to me, restore me to life dont le merveilleux texte d’Adriana Ramponi a été traduit par la romancière Bianca Zagolin. Le texte est interprété par Victor Andrés Trelles Turgeon et par Dorothée Berryman.


Il existe maintenant un site Web pour chacune des trois versions:


Fleuve, raconte-moi, chante-moi, rends-moi la vie

Oh River, talk to me, sign to me, restore me to life

Río, cuéntame, cántame, devuélveme la vida


Ces trois sites sont pensés et développés dans le seul but de pouvoir y flâner en plongeant dans le merveilleux texte d’Adriana, en laissant couler dans nos oreilles les deux compositions musicales que Michel Smith nous donne à entendre en soutien aux six voix qui ont donné vie au texte et fait briller les 156 photos.


On peut, à son rythme, lire le texte, écouter la musique sans le texte et voir individuellement chacune des photos ayant servi au montage vidéo qu’a réalisé Juan Manuel Varni.

 
VidéoFleuve_raconte-moi-video.htmlshapeimage_9_link_0