Ces muses... de l’au-delà

 
3 juillet - 31 octobre 2014 - galerie Axart de Drummondville - Exposition aérienne - Femme, muse éternelle




FICHE DE PARTICIPATION et DÉMARCHE ARTISTIQUE





Auteurs : Susanne Parent et François-Régis Fournier


Média : création multimédia sur toile : photo, acrylique, pâte de cellulose.


Dimension de l’oeuvre : 5’x 6’



ooooooooooooooooooooooooooooooooooo



Statues légendaires du sud du Chili


Des femmes, des mères, des filles ont inspiré ces artistes mapuches du sud du Chili qui ont sculpté ces statues funéraires gardiennes temporaires des âmes en attente du voyage ultime vers leur vie initiale, un retour à la source en quelque sorte.



Figures féminines universelles


Ces inspiratrices représentées depuis des siècles dans ces troncs de chênes ou de lauriers sont comme ces femmes qui ont poussé Botticelli à peindre La naissance de Vénus. On s’en inspire à toutes les époques, on reprend le thème mille fois souvent avec le même titre comme l’ont fait Chabanel, Bouguereau ou Dali. On leur donne différentes formes : peintures, sculptures, romans ou chansons.


Sous les images d’Aphrodite ou de Diane se cachent ces muses anonymes ou célèbres qui ont inspiré écrivains, poètes ou musiciens – Béatrice pour Dante, Elsa pour Aragon, Marie Duplessis pour Dumas fils, devenue la Dame aux camélias qui inspire à Verdi le personnage de Marguerite Gauthier dans La Traviata.


Muse éternelle, éternelle muse


Ces figures de femmes, de la femme, muse éternelle – qui durent et se répètent de génération en génération, de civilisation en civilisation –,  éternelle muse – qui inspire sans fin le poète, le condamnant à la création à perpétuité -, mais aussi intemporelle – la Vénus de Milo n’a rien perdu de sa beauté avec les siècles. Elle est toujours aussi jeune et inspirante.


Photo et peinture


Ces « totems » en bois de chêne imputrescible, ces hautes figures filiformes, bien droites, pudiques, réfléchies dans une longue vitrine de gauche à droite de cette photo émanant du centre de cette sphère végétale apparaissent fragiles, presque immatérielles, se superposent aux objets de la vie quotidienne des autochtones du Chili, se précisent petit à petit, se répètent, se solidifient.


La peintre fait écho aux figures, aux objets; les fait vibrer, renaitre encore une fois, aujourd’hui, s’en inspire; le tout en rythme et en cadence dans cette courge-citrouille – peut-être urne cinéraire, une matrice, un astre – réfléchie elle aussi, recréant les traits longitudinaux d’un globe terrestre, d’un fruit mûr tant dans la courge contenant la photo que dans le fond, élargissant ainsi l’espace à l’infini. La reprise des trois figures féminines à droite de la toile, suspendues hors du temps actualisent elles aussi l’inspiration-respiration de l’œuvre.


La beauté de ces totems exposés au Musée chilien d’art précolombien de Santiago pousse le photographe à les utiliser pour construire une photo.


La peintre et le photographe se rejoignent dans un projet commun pour cette exposition aérienne sur la façade de la galerie Axart. Nouvel écho de ces statues anciennes projetées dans la photo, sorties et intégrées à divers niveaux de cette composition. Certaines figures sont mises en relief, l’urne en terre cuite est reprise dans la composition d’où nait la photo, renaissance des statues; on reprend la sphère-terre, la terre-mère, en arrière plan. Ventre gonflé et vibrant de vie prête à jaillir. Retour de la mort à la vie comme ces statures gardiennes temporaires d’âmes en quête d’éternité vivante.


Artistes : Suzanne Parent, artiste multidisciplinaire et François-Régis Fournier, artiste photographe.



 
Processus de créationFemme-muse_eternelle-processus.html